© 2019 par Sylvie Valem - Copyright - All rights reserved -  Mentions légales - Créé par  I AM JANIS JACOBS

PORTFOLIO

TRAVERSER LA VIE

1/56

TRAVERSER LA VIE

Je traverse la vie comme un fantôme, sans regarder avec attention ce qui m’entoure, sans pouvoir m’imprégner des lieux. Sitôt vu, sitôt oublié, le paysage disparait, devient flou, impalpable. Tout est éphémère.  J’oscille de la mélancolie à la tristesse, de l’enfermement à l’étouffement.  La nature, les arbres, le ciel sont un rempart à cette constante absence de moi-même, de mon histoire, de ce présent qui aussitôt vécu est du passé dont je perds toute substance. 

Je vis à la campagne, je suis attachée au bois de mon village. Si on coupe un arbre, cela m’atteint, me renvoi à la mort.
Les paysages de forêt, de nature sauvage, de bord de mer font partis de ma vie, je les fixe pour garder l’émotion qu’ils me procurent. Ils me permettent de respirer. Ils me régénèrent, m’apaisent. 

Pendant des années, j’ai pratiquer la course de fond, pour me vider, m’épuiser pour me sentir exister.  Je parcourais bois, campagne, bords de mer, sans m’imprégner des lieux, sans conscience des sensations profondes qui me pénétraient. Ces sentiments sont encore aujourd’hui inconscients, c’est comme un magma en latence que je tente de délivrer par la photographie.


Le lith est un procédé aléatoire,  sujet à beaucoup d’imprévus et d’accidents. Le tirage réalisé est unique, il dépend du vieillissement du révélateur, de sa température, du temps d’exposition et bien sûr du temps pendant lequel la photo reste dans le révélateur, de l’oeil, des émotions.